Sélectionnez la page

Le secteur financier

Photo : Siège de la Banque de Chine (par Max12Max)

Les banques chinoises jouent un rôle central en permettant les investissements mondiaux des entreprises chinoises. Comme indiqué dans la section Acteurs, la Chine banques politiques et les banques commerciales sont actifs dans le monde entier pour financer des projets dans divers secteurs. Ils fournissent également des services bancaires quotidiens aux entreprises chinoises par l'intermédiaire de succursales à l'étranger, et ils fournissent des prêts aux entreprises généraux que les entreprises peuvent utiliser dans l'ensemble de leurs opérations.

Cette page couvre :

Politiques de finance verte de la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances (CBIRC)

Le régulateur du secteur bancaire chinois est le Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances (CBIRC). Parmi ses nombreuses tâches, la CBIRC supervise et surveille la gouvernance d'entreprise, la gestion des risques, les opérations commerciales et la divulgation d'informations des banques et des assureurs. Il joue également un rôle dans l'établissement de normes réglementaires internationales et facilite la coopération internationale des secteurs de la banque et de l'assurance.

Depuis plus d'une décennie, la commission élabore un cadre politique qui promeut la finance verte par les banques chinoises. Bien qu'il n'y ait pas encore de politique ou de réglementation contraignante spécifiquement sur la finance à l'étranger, la CBIRC a progressivement renforcé le système de crédit vert. En 2012, il a publié le Lignes directrices sur le crédit vert, qui comprennent des dispositions concernant spécifiquement les investissements à l'étranger. S'appuyant sur cette pierre angulaire, plusieurs documents supplémentaires ont été publiés au cours des années suivantes pour développer davantage le système de «finance verte» de la Chine, avec les dernières directives sur la finance verte publiées en 2022. L'évolution de ce cadre est expliquée ci-dessous. Dans le même temps, les banques chinoises ont de plus en plus pris leurs propres engagements pour améliorer le crédit vert et la performance.

Les lignes directrices sur le crédit vert (2012)

Le Lignes directrices sur le crédit vert (CBRC [2012] #4), émis par le régulateur bancaire chinois, s'appliquent à la fois aux banques stratégiques et aux banques commerciales (voir Acteurs section pour des informations générales sur ces types de banques). Les lignes directrices visent à améliorer les due diligenceclient examen de conformité et l'évaluation des projets en ce qui concerne les questions environnementales et sociales, y compris dans les projets à l'étranger. Le régulateur bancaire a déclaré que ces lignes directrices devraient être intégrées dans tous les processus de prêt des banques.

Les directives définissent les exigences d'auto-évaluation pour les banques et stipulent que le régulateur effectuera également une surveillance sur site et hors site concernant les risques environnementaux et sociaux de chaque banque. Les résultats serviront ensuite de base importante pour la notation, les licences institutionnelles, les licences commerciales et l'évaluation des performances de la haute direction de la banque. Des mécanismes d'auto-évaluation et d'évaluation ont ensuite été développés dans le cadre de politiques ultérieures. Nous y reviendrons plus tard.

Étendre la portée des lignes directrices sur le crédit vert à l'étranger

En 2017, le régulateur bancaire a publié des lignes directrices visant explicitement les banques finançant des projets à l'étranger : la Avis d'orientation sur la réglementation du secteur bancaire au service du développement des entreprises à l'étranger et le renforcement du contrôle de la prévention des risques (CBRC [2017] #1). Les directives exhortent les institutions financières chinoises à intégrer la gestion des risques environnementaux et sociaux à toutes les étapes de leur implication dans des projets à l'étranger (Article 27). Les banques sont encouragées à s'inspirer des meilleures pratiques internationales et à garantir le respect des lois du pays d'accueil, en accordant une attention particulière au financement des ressources énergétiques, de l'agriculture, des grandes infrastructures et de la passation de marchés de projets (Article 26). Parmi les autres dispositions importantes des orientations, citons :

  • Les institutions financières devraient exhorter les clients impliqués dans des projets comportant des risques environnementaux et sociaux majeurs à mettre en place un mécanisme de réponse aux plaintes pour répondre rapidement aux « demandes raisonnables » des personnes, des ONG et des autres parties prenantes (Article 29).
  • Pour les projets à l'étranger présentant des risques environnementaux et sociaux potentiellement importants, ils doivent convenir à l'avance avec les clients de divulguer des informations clés telles que le nom du projet, le nom des principaux investisseurs et entrepreneurs, le montant du crédit et les évaluations de l'impact environnemental en temps opportun, et renforcer activement les relations avec parties prenantes (Article 30).
  • Le Association bancaire chinoise devrait renforcer la communication avec les institutions financières, les associations sectorielles concernées et les autorités compétentes, et établir un système de liste noire pour les entreprises opérant à l'étranger qui s'avèrent avoir enfreint les lois et réglementations ou qui sont liées à d'autres comportements inappropriés. Cette liste noire devrait être mise à jour régulièrement et envoyée aux institutions financières chinoises (Article 40).

Bien que ce document n'inclue aucun mécanisme de mise en œuvre, il a indiqué l'évolution des attentes du régulateur bancaire concernant les opérations à l'étranger des banques chinoises.

Conseils pratiques : Engager la China Banking Association

La China Banking Association est le groupe industriel représentant le secteur bancaire chinois et est supervisée par la CBIRC. La plupart des grandes banques chinoises en sont membres. Si le rôle principal de l'association est de représenter les intérêts des banques chinoises et de développer le secteur bancaire, elle joue également un rôle dans la discipline des membres.

Comme mentionné ci-dessus, le régulateur bancaire a chargé l'association de maintenir une liste noire des entreprises ayant une mauvaise réputation pour leur conduite à l'étranger. Il est important de noter qu'il joue désormais un rôle dans « l'évaluation des banques vertes », qui examine et vérifie les auto-évaluations des banques sur la mise en œuvre de la directive sur le crédit vert, et classe les banques en conséquence. Il joue donc un rôle important dans le renforcement des politiques gouvernementales pertinentes. Il peut être utile de copier la China Banking Association sur les communications que vous avez avec les banques chinoises et la CBIRC.

Lignes directrices sur la finance verte (2022)

En juin 2022, le CBIRC a publié son Lignes directrices sur la finance verte pour les secteurs de la banque et de l'assurance (CBIRC [2022] #15). Cela s'appuie sur les lignes directrices de 2012 et divers documents qui ont été publiés depuis lors. Selon la CBIRC, les lignes directrices ont été publiées pour étendre la couverture du système de finance verte au secteur des assurances et pour renforcer la mise en œuvre des politiques de finance verte existantes.

Les nouvelles directives réitèrent bon nombre des exigences des politiques précédentes décrites ci-dessus. Ils stipulent que les banques et les assureurs sont tenus d'identifier, de surveiller, de prévenir et de contrôler efficacement les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leurs activités commerciales tout au long du cycle de projet. Par rapport à l'accent mis par les politiques précédentes sur les risques environnementaux et sociaux, les nouvelles lignes directrices adoptent un concept plus complet de « risques ESG » et étendent les exigences pour inclure non seulement les clients des institutions financières (c'est-à-dire les parties qui reçoivent un financement), mais aussi les sous-traitants et fournisseurs principaux des clients. Les lignes directrices appellent également les banques et les assureurs à renforcer la divulgation d'informations et la communication avec les parties prenantes (Article 4).

Les lignes directrices couvrent les opérations générales des banques et des assureurs, mais font également spécifiquement référence à la finance étrangère, indiquant qu'elles doivent : soutenir activement le développement vert et à faible émission de carbone du Ceinture et Initiative Route; renforcer la gestion des risques ESG des projets à l'étranger ; exiger des promoteurs de projets et de leurs principaux sous-traitants et fournisseurs qu'ils respectent les lois et réglementations écologiques, environnementales, foncières, de santé et de sécurité du pays hôte ; suivre les pratiques ou normes internationales pertinentes et s'assurer que la gestion du projet est substantiellement conforme aux bonnes pratiques internationales (Article 25). Cela réitère un thème des récents documents politiques de la Chine selon lequel les parties prenantes impliquées dans des projets à l'étranger devraient suivre les meilleures pratiques internationales.

En outre, les lignes directrices comprennent plusieurs dispositions importantes :

  • Évaluation des risques ESG: Les banques et les assureurs sont tenus de développer des critères d'évaluation des risques ESG ciblés sur les clients. Les banques devraient utiliser ces évaluations des risques comme base pour les notations des clients, l'accès au crédit et la gestion, et utiliser des mesures de gestion des risques appropriées. Pour les clients présentant des risques ESG majeurs, les banques devraient exiger qu'elles adoptent des mesures d'atténuation des risques, notamment des plans de réponse aux risques, des canaux de réclamation des parties prenantes et des mécanismes de communication efficaces, entre autres mesures (Article 14).
  • Examen de conformité: Les banques et les assureurs devraient procéder à un examen rigoureux de la conformité de leurs clients. Ils doivent formuler une liste de contrôle des documents et des problèmes de conformité ESG pour l'examen des risques de conformité ESG, et s'assurer que les clients accordent une attention suffisante et effectuent un contrôle efficace des risques et respectent les exigences de conformité (Article 19). Les crédits et les investissements auprès de clients ayant des antécédents de violations graves des lois et réglementations ou de risques ESG majeurs doivent être strictement limités (Article 20).
  • Conditions contractuelles et débours: Lorsque les clients ou les projets d'investissement présentent un risque élevé, les banques et les assureurs devraient inclure dans les contrats des clauses exigeant que les clients soumettent des rapports sur les risques ESG, formulent des déclarations et des clauses d'engagement sur le renforcement de la gestion des risques ESG, et prévoient des clauses de recours si les engagements de gestion des risques ESG ne sont pas respectés (Article 21). Des repères d'évaluation des risques ESG doivent être établis dans les phases de conception, de préparation, de construction, d'achèvement, d'exploitation et d'arrêt d'un projet, et la distribution des fonds peut être suspendue ou interrompue si un projet présente des risques importants ou des dangers potentiels (Article 22).
  • Répondre aux problèmes: Lorsqu'un client est confronté à un événement de risque ESG majeur, les banques et les assureurs doivent l'exhorter à prendre des mesures en temps opportun pour faire face au risque et à signaler rapidement l'impact potentiel de l'événement (Article 23).
  • Mécanismes de divulgation et de réponse aux réclamations: Les banques et les assureurs devraient rendre publiques leurs stratégies et politiques de finance verte et s'inspirer des conventions, normes et bonnes pratiques internationales pour améliorer la diffusion de leurs informations. Pour les crédits ou les investissements qui impliquent des risques ESG importants, les banques et les assureurs doivent mettre en place un mécanisme de réponse aux réclamations et divulguer de manière proactive les informations pertinentes (Article 28).
  • Surveillance: La CBIRC devrait effectuer des inspections réglementaires et de surveillance de routine des banques et des assureurs (article 31) et peut prendre des mesures réglementaires si des violations sont identifiées (Article 32).
Les lignes directrices stipulent que les banques et les assureurs disposent d'un an (à compter du 1er juillet 2022) pour établir et améliorer les systèmes et procédures de gestion interne pertinents afin de s'assurer qu'ils se conforment aux exigences réglementaires. Cependant, il n'est pas clair si et quand d'autres exigences seront mises en œuvre. Il sera également important de voir comment seront définis les investissements et les clients présentant des « risques ESG significatifs », car certaines des exigences ne s'appliquent qu'à eux.

Mise en œuvre des directives

Après que les lignes directrices sur le crédit vert de 2012 aient défini les exigences en matière d'évaluation des banques, le CBIRC a commencé à développer des mécanismes de mise en œuvre des politiques de financement vert.

Les banques chinoises sont tenues de procéder à des auto-évaluations annuelles de leurs progrès dans la mise en œuvre des lignes directrices sur le crédit vert. Ce processus est interne, les résultats ne sont pas publiés et, à l'heure actuelle, les auto-évaluations sont menées au niveau du portefeuille plutôt que projet par projet. Cependant, si vous publiez des preuves d'impacts sociaux et environnementaux négatifs d'un projet financé par une banque chinoise et alertez le CBIRC, il peut être plus difficile pour les banques de dissimuler les problèmes récurrents liés au projet dans leurs auto-évaluations. Selon un 2014 avis émis par le CBIRC, les banques sont tenues de remplir et de soumettre leur auto-évaluation avant le 31 mai de chaque année. Cette auto-évaluation est basée sur un ensemble de Indicateurs clés de performance fixé par la commission.

En 2018, la China Banking Association, le groupe industriel représentant le secteur bancaire chinois, a commencé à piloter le «évaluation de la banque verte » par lequel il examine et vérifie l'auto-évaluation des banques chinoises et classe les banques en conséquence. Les résultats de cet examen sont transmis à la CBIRC pour être utilisés dans sa surveillance et sa notation des banques.

Les lignes directrices 2022 sur la finance verte adoptent également ces mécanismes d'évaluation pour soutenir leur mise en œuvre.

Conseils pratiques : Utiliser les Green Finance Guidelines dans le plaidoyer auprès des banques chinoises

Si vous êtes préoccupé par un projet qui reçoit un financement d'une banque chinoise, vous pouvez vous référer aux directives de financement vert dans les communications avec la banque. Sur la base des lignes directrices de 2017 et 2022, vous pourriez demander aux banques chinoises d'exiger de leurs clients qu'ils améliorent leur conduite sur le terrain, y compris en réparant les préjudices. Si cela n'est pas efficace, ou si vous cherchez à arrêter complètement un projet nuisible, vous pouvez demander aux banques de revoir leur financement du projet, de suspendre ou d'annuler tout autre financement et de faire pression pour un remboursement anticipé des prêts.

Les lignes directrices sur la finance verte peuvent être un cadre utile pour votre message car elles s'appliquent à tous les secteurs et à toutes les étapes du cycle de prêt, ce qui signifie qu'elles peuvent être invoquées avant qu'un projet ne reçoive un financement et avant que des impacts ne se produisent, et également tout au long du projet. cycle. Comme ces lignes directrices sont de plus en plus axées sur le « risque », il peut être utile d'axer vos communications sur les risques potentiels et réels du projet et d'expliquer comment ces risques ne sont pas traités de manière adéquate.

Comme d'autres lignes directrices abordées dans ce guide, les lignes directrices sur la finance verte exigent que les développeurs de projets respectent les lois pertinentes du pays hôte, mais elles vont également plus loin et appellent les banques chinoises à s'engager à adopter des pratiques et des normes internationales. Si vous communiquez avec une banque chinoise au sujet d'un projet dans lequel elle est impliquée, il est important de souligner tout manquement au respect de la législation et de la réglementation du pays hôte. Vous pouvez également renforcer votre position en vous référant aux normes internationales pertinentes pour démontrer les risques du projet. Si vous alléguez des violations de la loi ou de la réglementation locale, il est important d'être précis et de fournir des preuves à l'appui de ces allégations.

Vous pouvez également tirer sur le Indicateurs de performance clés (KPI) pour faire une évaluation détaillée de la performance de la banque et l'utiliser dans vos communications. L'organisation internationale Friends of the Earth US a utilisé les KPI pour mener des évaluations de financement pour des projets spécifiques, que vous pouvez lire ici.

Vous pouvez également communiquer avec le CBIRC pour l'informer de l'affaire et fournir la preuve qu'une banque chinoise finance un projet à l'étranger qui cause des dommages sociaux et environnementaux. En copiant CBIRC sur les e-mails aux banques, vous pouvez augmenter les chances qu'elles agissent sur les informations que vous fournissez.

Les lignes directrices sur la finance verte exigent des banques qu'elles mettent en place des mécanismes de réponse aux réclamations pour les projets à haut risque. Jusqu'à présent, aucune banque ou assureur chinois ne dispose de tels mécanismes et les directives ne précisent pas quand et comment ils doivent être mis en place. Étant donné que les mécanismes de réponse aux griefs peuvent potentiellement fournir des canaux pour soulever des préoccupations et réparer les griefs, il est important d'exhorter les institutions financières chinoises à mettre en place de tels mécanismes alignés sur les critères d'efficacité énoncés dans le principe directeur 31 du Principes directeurs des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme.

Politiques de la Banque d'import-export de Chine

China Eximbank est un important banque de politiques et joue un rôle important dans le financement des investissements chinois à l'étranger et de certains types de projets d'aide (voir Acteurs section). L'Eximbank a son siège social à Pékin et possède des bureaux de représentation à Hong Kong et dans le monde entier.

La banque a publié des normes sociales et environnementales de base qui s'appliquent à ses prêts nationaux et étrangers. Les directives couvrent des questions telles que l'évaluation des projets, la gestion et la supervision des prêts et l'évaluation de l'impact environnemental. Ils abordent brièvement les droits à la terre et aux ressources, la réinstallation et la consultation publique. Eximbank est également soumise aux directives de la China Banking Insurance Regulatory Commission (voir ci-dessus).

C

Cliquez ici pour en savoir plus sur les politiques adoptées par China Eximbank

China Eximbank a été la première banque chinoise à publier des directives relatives aux investissements sortants. La Lignes directrices pour les évaluations d'impact environnemental et social des projets de prêt de la Banque chinoise d'exportation et d'importation (2007) sont basiques et se composent de seulement 21 articles courts, bien qu'ils abordent des questions clés tout au long du cycle du projet. Ces lignes directrices sont maintenant désuètes et ont probablement été remplacées depuis. Le site Web d'Eximbank fait désormais référence aux lignes directrices sur le crédit vert de l'Export-Import Bank of China, bien qu'elles ne soient pas publiées.

Le document le plus détaillé disponible sur les politiques d'Eximbank est son Livre blanc sur la finance verte et la responsabilité sociale (2019). Celui-ci stipule que la Banque a adopté des directives internes sur le crédit vert, ainsi que des réglementations concernant les enquêtes de diligence raisonnable, le décaissement des prêts et la vérification des paiements, afin de renforcer la gestion des risques environnementaux et sociaux à toutes les étapes de son processus commercial. Bien que le livre blanc lui-même ne soit pas une politique, il fournit un résumé utile des étapes du processus d'évaluation d'Eximbank (p.14), qui indiquent également les moments clés du plaidoyer (photo ci-dessous).

Enquête pré-prêt

Eximbank exige une évaluation complète des risques environnementaux et sociaux auxquels sont confrontés ses clients et les projets concernés. La banque exige de ses départements commerciaux et de ses succursales qu'ils considèrent les risques environnementaux et sociaux comme un facteur majeur dans la classification des risques des actifs.

Examen de crédit

Eximbank tient compte des effets sociaux et de la conformité environnementale des projets proposés et procède à des évaluations d'impact des emprunteurs et des projets, opposant son veto à tout projet qui ne respecte pas ses normes environnementales. La Banque ne peut en aucun cas soutenir les entreprises qui ne respectent pas les politiques industrielles ou environnementales nationales et celles qui sont mises sur liste noire pour violation de l'environnement.

Signature du contrat de prêt

Eximbank inclut dans le contrat de prêt des clauses spécifiques sur la protection de l'environnement et la responsabilité sociale pour encadrer et gérer les comportements des emprunteurs.

Déboursement de l'emprunt

La performance de l'emprunteur en matière de gestion des risques environnementaux et sociaux est un facteur important influençant le décaissement.

Opération

Pour les projets approuvés, Eximbank procède à des évaluations des risques environnementaux et sociaux tout au long du processus de construction du projet, y compris la conception, la préparation, la construction, l'achèvement, l'exploitation et la clôture du projet. S'il existe des risques majeurs ou des dangers potentiels, la banque peut suspendre voire annuler le décaissement.

Gestion post-prêt

Eximbank assure la supervision et les contrôles sur site de la construction et de l'exploitation des projets dans le strict respect des résultats d'évaluation de leur impact environnemental et social. La banque met en place un mécanisme de sortie pour les prêts aux clients et projets non conformes aux normes environnementales ou en violation des réglementations nationales en la matière.

Le document indique qu'Eximbank a mis en place un "mécanisme de responsabilisation en matière de risques environnementaux et sociaux" (p.15). Il ne fournit aucun détail sur ce mécanisme mais déclare avoir tenu responsables les entités et les personnes responsables qui ont violé les règles de décaissement des prêts ou n'ont pas répondu aux risques qui causent des pertes de crédit et des dommages environnementaux et sociaux.

La banque indique clairement que les lois et réglementations des pays hôtes doivent être suivies dans l'évaluation et la gestion des risques environnementaux et sociaux des projets à l'étranger, et si les pays hôtes manquent de mécanismes, de politiques et de normes solides de protection de l'environnement, les normes chinoises ou les meilleures pratiques internationales doivent être suivies. Au lieu. Si nécessaire, la banque peut inclure dans les accords de prêt des exigences concernant les responsabilités environnementales et sociales des emprunteurs. Pour les projets associés à des problèmes environnementaux et sociaux majeurs pendant la construction et l'exploitation, les emprunteurs ou les maîtres d'ouvrage seront tenus de prendre des mesures immédiates pour remédier aux dommages. Pour les projets qui ne le font pas, des mesures telles que la suspension des décaissements ou le recouvrement anticipé des prêts peuvent être prises sur la base des termes de l'accord de prêt (p.20).

Il n'existe actuellement aucun moyen par lequel le public peut demander des informations sur des projets spécifiques financés par Eximbank ou exprimer des griefs. L'évaluation de projet n'est pas un processus ouvert et aucun document de projet n'est publié par la banque. Néanmoins, si Eximbank finance un projet qui a causé des préjudices, le Livre blanc peut être utilisé dans vos communications et votre plaidoyer auprès de la banque.

Politiques de la Banque de développement de Chine

China Development Bank est la plus grande banque de Chine. En tant que banque stratégique, elle joue un rôle important dans le soutien des investissements chinois à l'étranger. La banque a son siège à Pékin et possède des succursales à Hong Kong et dans le monde entier.
C

Cliquez ici pour en savoir plus sur les politiques adoptées par la China Development Bank.

La banque affirme avoir mis en place des normes pour gérer les impacts environnementaux et sociaux de ses activités. Cependant, il n'a publié que des résumés de ces politiques. Selon les rapports de la banque, les évaluations des propositions de projets comprennent une évaluation des risques environnementaux et sociaux. Les demandes de prêt doivent inclure des évaluations d'impact sur l'environnement, et la banque peut refuser des prêts pour des motifs environnementaux.

Selon un article précédemment publié sur le site Web de la banque, celle-ci contrôle strictement les risques environnementaux et sociaux et émet des cotes de crédit à ses clients, qui tiennent compte des performances environnementales. Les clients des banques qui sont pénalisés pour des infractions environnementales peuvent voir leur cote de crédit abaissée, mettant potentiellement en péril de futurs prêts. Dans les cas graves, la banque peut suspendre le prêt. En 2014, la Banque de développement de Chine a adopté son plan de travail sur le crédit vert et ses mesures provisoires pour la gestion du crédit vert, qui intègrent l'évaluation des risques environnementaux et sociaux dans son cycle de prêt, du développement du projet à l'examen et à l'approbation, et après le prêt. Ces documents ne sont pas publiés.

La banque s'est engagée à œuvrer à la mise en œuvre du Principes de l'Équateur dans ses opérations, mais il n'est pas actuellement signataire officiel de l'initiative. Il est également membre du Pacte mondial des Nations Unies et déclare s'engager envers les objectifs de développement durable des Nations Unies.

Bien qu'elle ait pris des engagements importants, la China Development Bank ne publie aucun document détaillé sur les projets qu'elle finance, et elle ne dispose d'aucun mécanisme formel de règlement des griefs ou d'un canal de communication. Cela rend l'engagement avec la banque très difficile.

Conseils pratiques : Comprendre les cycles de prêt bancaire

Si vous envisagez de contacter une banque concernant des préoccupations concernant un projet qu'elle finance, il est utile de comprendre les étapes de base du cycle de prêt d'une banque. Comme on peut le voir ci-dessus, il existe certaines exigences à l'Eximbank qui se rapportent à la période d'évaluation du projet (par exemple, les évaluations d'impact), d'autres qui concernent la période de mise en œuvre (résolution des problèmes sociaux et environnementaux) et la période post-projet (évaluation du projet et impacts). Ce sera similaire dans d'autres banques.

Il existe différentes mesures qu'une banque peut prendre à différentes étapes du cycle de prêt. Si une banque envisage une proposition de prêt, elle peut rejeter cette proposition ou exiger une modification de la conception du projet si elle prend conscience des risques sociaux et environnementaux. Si un projet est déjà actif et a causé des dommages, la banque peut demander au bénéficiaire du prêt de remédier à ces problèmes et peut suspendre ou annuler le prêt si les problèmes ne sont pas résolus.

Si possible, vous devez adapter votre message en fonction du stade du cycle de prêt atteint par le projet. Par exemple, si vous engagez la banque avant qu'elle n'ait approuvé un prêt, vous pouvez demander à la banque de procéder à une vérification préalable approfondie et d'attribuer une cote de risque appropriée (et de rejeter le prêt si le risque est trop élevé). Si vous parlez à la banque pendant la mise en œuvre du projet, vous pouvez faire appel à la banque pour enquêter sur vos préoccupations et prendre des mesures si vous pensez que le développeur du projet ne signale pas ou ne gère pas les risques du projet de manière appropriée.

Il convient de noter qu'amener la banque à annuler un projet sera beaucoup plus difficile que d'amener la banque à ne pas approuver un projet en premier lieu. Par conséquent, si vous entendez que la banque pourrait envisager un prêt pour un projet problématique, il est important d'agir rapidement.

Politiques des banques commerciales

Les banques commerciales chinoises sont soumises aux diverses politiques et directives émises par la CBIRC, mais ont également leurs propres politiques internes. Cela comprend les six banques commerciales détenues par l'État central, qui sont des acteurs majeurs de l'investissement à l'étranger : Banque industrielle et commerciale de Chine, banque de Chine, China Construction Bank, Banque Agricole de Chine, Bank of Communicationset Banque d'épargne postale de Chine. D'autres banques commerciales publient également de plus en plus de déclarations liées à la performance environnementale et sociale. Certains d'entre eux sont devenus membres d'initiatives internationales de meilleures pratiques, ce qui signifie qu'ils ont pris des engagements supplémentaires qu'ils devraient honorer.

C

Cliquez ici pour en savoir plus sur les politiques adoptées par les banques commerciales chinoises.

Pour en savoir plus sur les engagements sociaux et environnementaux d'une banque, vous pouvez consulter ses sites Web, ses rapports annuels et ses rapports de développement durable. À partir de ces sources, vous pourrez peut-être trouver le texte intégral des politiques de la banque, ou au moins identifier les principaux engagements. Certaines banques ont émis des politiques spécifiques, tandis que d'autres peuvent simplement faire des déclarations de base sur leurs sites Web.

Si vous recherchez des informations sur les politiques d'une banque, vous devriez commencer par consulter ses sites Web (en anglais et en chinois). Il peut y avoir des sections sur leurs politiques de durabilité, ainsi que des rapports de durabilité, qui peuvent vous donner une idée des normes qu'ils appliquent à leur financement. Par exemple, Hong Kong filiale de la Banque de Chine publie son Politique de durabilité, qui comprend des engagements en matière de protection de l'environnement et de responsabilité sociale. Cela comprend un engagement à une « communication interactive des parties prenantes » avec les parties prenantes, y compris les communautés, et nécessite une « approche efficace de retour d'information sur l'opinion et les attentes des parties prenantes ». Les banques rapport de durabilité stipule qu'il "exige que les clients comprennent et respectent les lois et réglementations relatives à la protection de l'environnement, à la terre et à la santé et à la sécurité au travail, et respectent la culture et les coutumes des résidents locaux, afin de s'aligner sur nos stratégies et principes de développement durable". Si vous regardez un particulier Banque commerciale, vous devriez consulter leur site Web et leurs publications pour voir si vous pouvez trouver des engagements similaires.

La plupart des grandes banques commerciales chinoises ont des filiales cotées à Hong Kong, donc la recherche Divulgations de la Bourse de Hong Kong peuvent également révéler des informations utiles.

Engagements environnementaux et sociaux des grandes banques chinoises

Banque

Politiques / Engagements

Banque de développement de Chine
Banque d'import-export de Chine
banque de Chine

Banque industrielle et commerciale de Chine (ICBC)